Vin et Alzheimer

Vin et Alzheimer

extrait du livre Azheimer, mode d'emploi

Parler d’alimentation, c’est évoquer le problème des alcools en général et du vin en particulier. J’ai souvent entendu dire « il ne boit pas d’alcool » mais à la question « et le vin ? » la réponse, en France, est souvent « comme tout le monde » ou « le vin ce n’est pas de l’alcool, il ne boit d’ailleurs que du bon ! ». Nos amis belges ont la même attitude avec la bière. Je recommande de stopper tout alcool aux premiers troubles du comportement mais on peut tolérer de faibles doses au stade de début de la maladie d’Alzheimer. Les Français, portés à croire ce qui les arrange, ont tous entendu dire que le vin à faibles doses (trois verres par jour est parait-il une « faible dose ») protégeait de la maladie d'Alzheimer…c’est une étude menée dans la région de…Bordeaux et sans en contester le résultat on peut dire que lorsque la maladie est présente c’est que la protection a échoué : on peut donc recommander de stopper ce «  protecteur ».

 

Pouvons-nous parier qu’une étude menée en Normandie montrerait l’effet favorable du beurre ? On se souvient qu’une étude écossaise disait que le whisky protégeait de l’infarctus !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×